Le Parc naturel des Madonies

C’est dans le Parc naturel des Madonies que se déroulent nos randonnées. Les Madonies sont des montagnes situées sur la côte nord de la Sicile, à environ 70 km à l’est de Palerme. Elles appartiennent à la chaîne des Apennins siciliens, tout comme les Nebrodis et les Monts Péloritains. Le Massif principal, le Carbonara (1979 m d’altitude), est le second point culminant de l’île après l’Etna.

« 1 de 3 »

En 1989, la Région Sicile a créé le Parc naturel des Madonies (Parco delle Madonie) pour protéger la zone. En effet, l’endroit possède une biodiversité extrêmement riche et une géologie particulièrement intéressante.
Mais pas besoin d’être scientifique pour saisir la beauté des Madonies : vous tomberez facilement sous le charme de ses paysages grandioses, de ses myriades de fleurs, de ses arbres géants, de ses villages médiévaux et de ses chaleureux habitants.

Biodiversité

Plus de 1600 entités végétales ont été répertoriées sur les 40 000 hectares du Parc des Madonies. C’est le lieux le plus riche de biodiversité en Sicile, et l’un des plus riches de toute la Méditerranée.

Plantes rares

De nombreuses espèces endémiques poussent sur les Madonies, telles que le sapin des Madonies (Abies nebrodensis), qui vit seulement dans le Vallone della Madonna degli Angeli et nulle part ailleurs dans le monde. Il n’en reste qu’une trentaine d’exemplaires, qui sont désormais protégés.

Parmi les autres espèces endémiques présentes dans le parc, on peut citer le genêt de Cupani (Genista cupanii), l’astragale des Madonies (Astragalus nebrodensis), la violette des Madonies (Viola nebrodensis), l’Iris pseudopumila (endémique des Pouilles et de la Sicile), l’orchidée Ophrys pallida, le chardon de Boccone (Jurinea boccone, endémique de la Sicile), la Stipa sicula et l’Alyssum nebrodense (endémique de la Sicile).

Arbres monumentaux

Les Madonies arbritent de nombreux arbres monumentaux. A Piano Pomo, on peut se promener dans un bois entier composé de houx géants. Les plantes atteignent 20 mètres de haut et l’endroit est considéré par les experts unique en son genre. A quelques kilomètres de là, le vénérable chêne de la Macchia dell’Inferno veille sur la forêt environnante. Son âge est estimé à près de 1000 ans.
On trouve également dans le parc des érables, des hêtres, des frênes, des oliviers, des aubépines ainsi que des pommiers et des poiriers sauvages vieux de plusieurs centaines d’années.

Les Madonies sont aussi un lieu idéal pour observer les champignons et les orchidées sauvages, présents en grand nombre.

Faune

Tous les mammifères présents en Sicile sont représentés dans le Parc naturel des Madonies. Il n’est pas rare d’apercevoir des daims ou des sangliers pendant les randonnées. Dans les pâturages, les rencontres avec des troupeaux de moutons, de chèvres ou de vaches sont également fréquentes, les bergers traditionnels étant encore nombreux dans la région. Porc-épics, chats sauvages, martres, belettes, renards et lapins se font en revanche plus discrets.
Le parc abrite de nombreuses espèces d’oiseaux, dont l’aigle royal. Les invertébrés sont également bien représentés. Certaines espèces sont mêmes endémiques, telles que le papillon Parnassius appollo.

Géologie

Les Madonies sont composées de roches sédimentaires, essentiellement de calcaires, de grès et de marnes. Certaines de ces roches sont particulièrement anciennes et se sont formées il y a plus de 200 millions d’années. Toute la région possède un grand intérêt sur le plan géologique et le Parc des Madonies fait d’ailleurs partie du réseau mondial des Geoparks (Global Geoparks Network) de l’UNESCO.

Fossiles marins au sommet des montagnes

Dans le passé, les roches composant les Madonies se trouvaient sous la mer et formaient des fonds marins. Elles ont ensuite émergé il y a quelques millions d’années du fait du mouvement des plaques tectoniques. C’est pourquoi on peut aisément observer des fossiles marins dans de nombreux endroits. Le centre historique de Cefalù est en partie pavé avec une pierre locale appelée lumachella (ce qui signifie petit escargot), pleine de fossiles de coquilles de gastéropodes. A Piano Battaglia (1600 m d’altitude), on trouve de magnifiques fossiles de coraux et d’éponges.

Roches sculptées par l’eau

On peut observer de nombreux exemples de karst dans la roche calcaire des Madonies : grottes, gouffres et gorges créés par la dissolution de la pierre au contact de l’eau. Certains lieux sont faciles d’accès, tels que les Gorges de Tiberio le long de la rivière Pollina, la Grotte de Grattara près du village de Gratteri ou encore le gouffre de la Battaglietta. D’autres, comme l’Abîme du vent (l’une des grottes les plus étendues de Sicile), sont uniquement accessibles aux spéléologues.

Parmi les autres sites géologiques des Madonies, on peut citer l’Amphithéâtre de Quacella, Monte Ferro et Portella Colla.

Villages pittoresques

Des vieux messieurs prennent le soleil, jouent aux cartes ou bavardent dans les bars. Le linge sèche aux balcons. Dans les cuisines, les mammas préparent le repas pour toute la famille. Nous sommes bien en Sicile, mais les villes et villages des Madonies possèdent aussi une identité commune. Les traditions locales et l’architecture sont souvent similaires, de même que le sens accru de l’hospitalité.
La géographie et, surtout, l’histoire, sont certainement à la base de l’identité « madonite » : les Madonies ont été pendant des siècles le domaine des Ventimiglia, puissante famille sicilienne dont l’influence a durablement marqué la région.
Les villes dont le territoire fait partie du Parc des Madonies sont les suivantes : Cefalù, Castelbuono, Collesano, Isnello, Gratteri, Pollina, San Mauro Castelverde, Geraci Siculo, Petralia Sottana, Petralia Soprana, Castellana Sicula, Polizzi Generosa, Caltavuturo, Sclafani Bagni et Scillato.

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Salva

Facebooktwittergoogle_plus